Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

Bloc-notes : la Macronie, ou le syndrome de l’autruche

, par  Ivan Rioufol , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ

Emmanuel Macron a une vision pour la France : "Faire à l’homme enfin un pays digne de lui." Les amateurs de phrases creuses adorent l’idée. Si de grands mots lancés sous de lourds décors font l’homme providentiel, alors en voilà un ! C’est à Versailles, lundi, que le chef de l’État s’est présenté en défenseur de "la cause de l’homme". Devant les parlementaires réunis en Congrès, il a dit vouloir "faire de notre pays le centre d’un nouveau projet humaniste pour le monde". Il a prêché une heure et demie, du ton enfiévré et parfois obscur qui a fait son succès lors de la campagne présidentielle. De ce fatras, rien de lisible, hormis des réformes constitutionnelles déjà annoncées (réduction des parlementaires, introduction d’une part de proportionnelle, suppression de la Cour de justice de la République, etc.). "Ce que nous avons à accompagner, c’est une véritable révolution", a expliqué le Guide. Mais bien les Français en ont soupé des logorrhées qui détournent les regards de la dislocation en cours de la nation.

Avec Macron, la tromperie se confirme. L’innovation politique annoncée est, en fait, un retour à l’emphase et au pédantisme. Si elle devait se prolonger, cette caricature élitiste serait fatale au président. Hier, il ne jurait que par la société civile. Or celle-ci a du bon sens ; elle ne se laissera pas séduire par le vide. Oui, d’accord : Macron a eu l’opportun talent d’avoir mis à bas les vieux partis. En deux mois, il a rétabli la fonction présidentielle abîmée par Nicolas Sarkozy et plus encore par François Hollande. Ce succès doit tout à sa maîtrise intelligente des symboles du pouvoir. Reste néanmoins le spectacle d’un ambitieux guidé par son destin. La photo officielle révèle un narcissisme : Macron y est debout devant le bureau présidentiel, un bout de fesse posé sur la tranche du meuble trophée, comme un "winner" poserait négligemment le coude sur une cheminée d’apparat.

Faut-il ici rappeler au président l’inquiétude d’une large partie de la France ? (La suite ici)

La période estivale se rode dès lundi pour votre serviteur : si le dernier bloc-notes sera au rendez-vous du 14 juillet, les blogs reprendront à partir du 21 août. Comme d’habitude, le site reste ouvert à qui veut y participer.

Voir en ligne : http://blog.lefigaro.fr/rioufol/201...

Navigation