Alors violente, ou pas, cette campagne présidentielle ?

, par  noreply@blogger.com (atoilhonneur corto) , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ
JPEG - 14.3 ko
Ce matin sur Radio Macron, aux Grandes Gueules, ils se posaient la question de savoir si cette campagne présidentielle était violente, ou pas. Rendez-vous compte, à les écouter, c’est vraiment violent : Quelqu’un a craché sur un journaliste, Macron a reçu un œuf sur la tête, MLP a été "agressée" par une Femen et Fillon s’est fait enfariné. Quelle violence en effet ! Mais pas un mot sur le bordel qui a été organisé par les gauchiasses contre le meeting d’heir du FN et pas un mot pour dénoncer ces quelques gauchiasses qui tapent le cul des casseroles lorsque Fillon arrive quelque part. Par contre, pour dénoncer les méchants qui viennent perturber les meetings du Micron...

Oui, m’sieurs, dames qui me lisez, cette campagne est violente ; m’enfin, regardez, écoutez, voyez, même Fillon " s’est radicalisé " et incite ses militants, " la fange et ceux qui élèvent leurs enfants dans la crainte de Dieu " selon Askolovitch, à insulter les journalistes. Ce Fillon qui " n’a rien de courtois, il est le capo qui parle et que ses partisans entendent ", toujours selon le même Askolovitch. Tout est violent même la logorrhée des journalistes qui, chaque jour, violent allègrement mon esprit critique, notre libre arbitre, l’opinion, la présomption d’innocence et la déontologie.

Je ne sais si elle est véritablement violente cette campagne mais ce qui est certain c’est qu’elle moins paisible que la précédente. Il y a eu l’affaire Fillon, bien sûr, opportunément déclenchée et qui pourrait être fatale au candidat. Il y a ces affaires qui concernent MLP et le FN mais qui, étrangement, ne semblent pas ébranler son électorat : Fillon voleur mais pas Marine et consorts. Il y a ce dont on ne doit pas parler dans le poste concernant Macron. D’ailleurs, lui rien ne le concerne, circulez, y a rien à voir, et si violence il y a dans la famille du prédicateur christique, elle n’est que dans ses vociférations délirantes de fin de meeting. Chez Macron tout est beau, gentil, " printemps " et puis un gars qui est d’accord avec tout le monde en même temps ne saurait être violent, n’est-il pas ?

Violente cette campagne ? On a tout de même parlé de dégagisme, de casser la baraque, de remettre la France en ordre, d’assassinat politique...

Pas si violente que ça tout de même, la preuve ? Mélenchon nous propose grosso modo de faire en France ce qui a ruiné le Venezuela et personne ne moufte quand la meute des journalopes s’ébahit de son score dans des sondages qu’on nous assène comme des coups de trique tous les jours, matin et soir.

Violente cette campagne, je n’arrive toujours pas à me déterminer mais tout de même, n’est-ce pas assez violent de constater que 20 % des Français seraient prêts à voter pour Mélenchon quand 20 à 25% d’autres Français sont prêts à voter pour un mignon dont on ignore tout des capacités qu’il aurait à gérer ne serait-ce qu’une circonscription de province ? Violent, peut-être pas, mais ça pique les yeux !

Pas si violente puisque ce matin le Bourdin était préoccupé par la sexualité électorale. Un expert sorti dont ne sait où, François Kraus, l’affirmera à son micro : " La proportion d’échangisme sur la population d’extrême-gauche est deux fois plus importante qu’à l’extrême droite. A l’extrême droite et à droite, moins imprégné de féminisme, on va plus vers la fessée ou l’éjaculation faciale " ! Débat de fondements à n’en pas douter.

Alors violente ou pas cette campagne ? Et bien violente puisqu’ils ont fini par le dire dans la radio. Elle est violente parce que ce sont "les gens" qui sont violents, qui se radicalisent. Il y en a même qui osent maintenant proclamer publiquement qu’ils vont voter Le Pen. C’est pas comme si ils avaient des excuses, les gens, mais le chômage de masse dont on ne voit jamais la fin, les conneries de la clique socialiste ces 5 dernières années, le pouvoir d’achat en berne, les précaires, le mal logement, ..., et bien sûr les étrangers, les migrants qu’on aide, ça fait beaucoup tout de même. De quoi placer les extrêmes et les radicalisés du camp Fillon à égalité ou presque dans les sondages, non ?

Violente parce que comme jamais les média à qui rien de ce qui les intéresse n’échappe nous auront emporté dans leur tourbillon : sondages, émissions spéciales, émissions politiques. Un véritable matraquage depuis les primaires, pas un jour sans que nous ne soyons épargnés, pas un jour pour souffler. Sauf à tout éteindre et rentrer dans sa coquille. Ces médias scandaleusement tournés vers un nouveau messie à qui personne ne demande des comptes sur son bilan de 4 années passées au Château. Ces mêmes média qui, reprenant à l’unisson les éléments de langage du palais, dénoncent le vrai danger, le seul danger qui menace la République et ses valeurs : le FN et cette défunte droite républicaine emmenée par Fillon-le-Capo. Mais heureusement qu’il existe le FN ; où donc les gens iraient vomir leur colère et leur ras le bol de tout si il n’était pas là ? Je vous le demande. Ben tiens, imaginons un instant que nombreux, là-haut, aient laissé, voire aider, le FN à se développer afin qu’il serve de réservoir à la colère populaire, celle-ci, calée dans les cadres d’un parti qu’on nous dit dangereux mais qui n’est pourtant pas interdit, n’est-elle pas ainsi circonscrite ? Un FN utile en quelque sorte. Voilà qui serait violent si cela était démontré.

La trouverions-nous pas assez violente cette campagne qu’aussitôt l’actualité nous rappelle qu’elle l’est puisque la menace terroriste est toujours à son plus haut niveau : Encore une tentative d’attentat opportunément déjouée-révélée à 5 jours du premier tour, attentat qui aurait "principalement visé François Fillon", 2 terroristes arrêtés : " Une prise remarquable ". Entretenir le climat anxiogène => voter FN mais pas trop, puis faire jouer le Front Républicain pour que le plafond de verre surtout ne cède pas. Tremblez braves gens... mais n’ayez pas peur, la socialo-macronie vous protège : Pas moins de 50 000 policiers et gendarmes protégeront les bureaux de vote. 50 000, mais d’où les sortent-ils ? Et si ça pète, on vous dira que le risque zéro n’existe pas mais que tout sera fait... blablabla... Fermez le ban et sortez le bougies !

Et voilà, j en suis à la fin de ce billet et je ne sais toujours pas si cette campagne est réellement violente, ou pas. Une certitude, il est temps qu’on en finisse en espérant tout de même, et avec grand plaisir, pouvoir constater avec quelle violence les journalopes se battront la coulpe lorsqu’ils verront leur champion, Macron, prendre la porte...

Folie passagère 3515.
Résultat de recherche d'images pour
D’accord, pas d’accord : atoilhonneur@yahoo.fr

Voir en ligne : http://corto74.blogspot.com/2017/04...

Navigation