Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

ALGER-AVRIL 1961 : Le putsch des généraux contre De Gaulle.

, par  Manuel Gomez , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ

ALGER -AVRIL 1961 : après le « putsch » l’OAS.

Le « putsch » des généraux, comme cela était prévisible, a échoué après quatre jours d’espoir.

De Gaulle purge aussitôt l’armée :

  • 220 officiers sont relevés de leur commandement.
  • 114 traduits en justice.
  • 3 régiments ayant pris part active au « putsch » sont dissous, (le 1er REP, les 14 et 18e RCP) ainsi que le groupement des commandos de l’air.
  • Plus de 1000 officiers démissionnent par hostilité à la politique du chef de l’état.

Les généraux Challe et Zeller sont condamnés à 15 ans de réclusion (Ils seront par la suite amnistiés et réintégrés).

Les généraux Salan et Jouhaux disparaissent et entrent en clandestinité.

Pendant ce temps-là, Georges Pompidou rencontre en Suisse, sur l’ordre du chef de l’état, des représentants du FLN afin d’entamer des négociations.

Il ne reste plus qu’un seul recours, contre la politique d’abandon mise en place par De Gaulle : l’OAS (Organisation Armée Secrète).

Dès lors le destin de l’Algérie, notre destin, est entre nos mains.

Officieusement l’OAS avait fait son apparition, à Alger, dès février 1961, organisée par le Colonel Godard et les premiers sigles font leur apparition peu de temps après.

Une partie de l’armée a suivi ses chefs ainsi que la majorité des Français d’Algérie.

Or, dans cette majorité, la proportion de la population de gauche (communiste et socialiste) était la plus importante, notamment à Bab-el-Oued.

Le docteur Jean-Claude Pérez se voyait confier l’O.R.O., branche dure, avec comme adjoint le Lieutenant Degueldre, ancien officier du 1er REP, responsable de la formation et de la direction opérationnelle des futurs commandos deltas.

Le Capitaine Pierre Sergent était envoyé en Métropole pour organiser l’O.A.S. Métro.

A Madrid l’organigramme définitif est mis en place.

Le général Salan en prend le commandement.

Il estime en son âme et conscience que les décisions du gouvernement français en ce qui concerne UNIQUEMENT l’indépendance de l’Algérie sont contraires à l’intérêt de la Nation. (Tout comme l’avait fait en 1940 le « général » De Gaulle après la décision de signer l’armistice par le gouvernement de Philippe Pétain).

Il estime également que, contrairement au général De Gaulle, il y va de son honneur, et de l’honneur de tous les officiers qui l’ont rejoint, de respecter la parole donnée, par De Gaulle, de conserver l’Algérie à la France.

De très nombreux résistants de la grande guerre et des compagnons de la Libération rejoignent l’OAS : Georges Bidault (Président du dernier Conseil National de la Résistance (CNR), après la disparition de Jean Moulin, et qui succèdera au général Salan, dès son arrestation, à la tête de l’OAS) les colonels Château-Jobert, Savelli, Ceccaldi, et bien d’autres.

Alain Peyrefitte, ministre, très proche de De Gaulle, n’hésite pas à affirmer que l’OAS « c’est le sursaut d’un peuple qui ne veut pas mourir ».

Dans son livre « C’était De Gaulle » il fait part de cette confidence du « général » : « Les gens de l’OAS me haïssent parce qu’ils sont aveuglés par leur amour de la France. Mais si ceux qui soutiennent le FLN (les Français) me haïssent tout autant c’est parce qu’ils sont aveuglés par leur haine de la France ».

C’est donc pour « amour de la France » que le général Salan sera jugé et condamné à perpétuité et le général Jouhaux, sans doute parce qu’il était « Pieds-Noirs », à la peine de mort (commuée par la suite).

Les généraux Salan, Jouhaux, Bigot, Faure, Gouraud, Mentré, Nicot et Petit, ainsi que les centaines d’officiers qui avaient rejoints l’OAS, seront réintégrés dans l’armée par la loi d’amnistie de novembre 1982, sous la présidence de François Mitterrand.
Le général de Pouilly, un fidèle parmi les fidèles à De Gaulle, n’hésitera pas à écrire : « J’ai choisi la discipline mais choisissant la discipline, j’ai également choisi avec mes concitoyens et la Nation Française la honte d’un abandon et, pour ceux qui n’ayant pas supporté cette honte et se sont révoltés contre elle, l’Histoire dira peut-être que leur crime est moins grand que le nôtre. »

JPEG - 368.6 ko

Voir en ligne : http://magoturf.over-blog.com/2017/...

Navigation