Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

8 août 2016 – acte de décès de la France

, par  NEMO , popularité : 1%
NJ-Ile de France
JPEG - 43 ko

Ils nous ont fait le coup du hijab, du niqab, du halal, des prières dans les rues, dans les entreprises, des heures de piscine réservées, des magasins avec horaires pour hommes et femmes, du refus de laisser une femme se faire soigner par un homme… Aujourd’hui, c’est le burkini. Demain, ce sera autre chose. Et à chaque fois qu’on regimbe, ils nous envoient racisme, stigmatisation et islamophobie dans les dents. On peut leur faire confiance : ils débordent d’imagination, et ce ne sont pas nos jérémiades qui les arrêteront. Ils s’arrêteront quand ils auront gagné, c’est-à-dire, pour mettre les points sur les « i », lorsqu’ils auront fait de la France une « maison de l’Islam », et des « français », honnis mais bienvenus pour financer les prestations sociales, des dhimmis rampants et heureux de l’être.

Ils ? Les musulmans ! Pas les salafistes, pas les islamistes, pas les wahhabites, pas les fous d’Allah, pas les « déséquilibrés qui ont oublié de prendre leurs médicaments ». Les musulmans, je le répète, et plus précisément, les arabo-musulmans. Pendant que les hommes font le djihad, leurs femmes, loin de l’image de victimes dont il suffirait de « déradicaliser » les mâles pour qu’elles retrouvent minijupes et bikinis, nous font aussi la guerre, à leur manière, moins flagrante, mais oh combien efficace.

Si les musulmanes, jeunes femmes et même petites filles, qui s’habillaient à l’européenne il y a encore quelques mois, se mettent à porter un voile de plus en plus couvrant, des habits de plus en plus informes, ce n’est ni parce qu’elles subissent la pression de leurs maris, leurs pères ou leurs frères, ni par « révélation » religieuse. Cela nous arrangerait bien, mais c’est faux ! La plupart d’entre elles le font par conviction, pour marquer une identité, une identité qui non seulement n’est pas française, mais qui rejette la France, ses femmes impudiques qui montrent tout de leur intimité et ses hommes dégénérés qui se marient entre eux… Le mythe du vivre ensemble grâce à la douceur des femmes musulmanes a vécu, vous ne croyez-pas ?

Plus que leurs hommes, ces femmes ont pris conscience, sans doute parce qu’elles sont femmes, et donc réputées plus sensibles, plus intuitives, du fossé culturel, intellectuel, religieux, qui existe entre l’occident et le moyen-orient. Elles ont compris que, quelle que soit la bonne volonté d’un côté ou de l’autre, un arabo-musulman, même né en France, même de troisième ou quatrième génération, même ministre de la République (écoutez Najat Vallaud Belkhacem, vous serez édifiés), ne sera jamais un français à part entière, pour citer Hassan II, ou, pour reprendre un humoriste contemporain, une vache née dans une écurie ne sera jamais un cheval. Dans le voile et le burkini, il y a aussi et surtout le dépit mortifère d’une communauté qui ne trouve pas sa place en Occident (sans doute parce que sa place est ailleurs, soit dit sans aucune méchanceté).

Tant que les maghrébins-musulmans constituaient une minorité raisonnable et discrète, on a pu vivre dans l’illusion d’une intégration réussie, comme on se persuade de la parfaite assimilation des chinois ou des indiens, qui ne posent pas le moindre problème (… pour l’instant). Mais aujourd’hui, les musulmans originaires d’Afrique du Nord constituent une communauté trop nombreuse, trop récente et surtout trop « massive » pour qu’elle puisse se dissoudre dans notre mode de vie. Pour oser un parallèle avec l’astro-physique, je dirai que les lois de la gravité s’appliquent aussi à l’Islam de France : la « masse » musulmane retient les musulmans dans son orbite, ramène à elle les musulmans qui avaient pu lui échapper lorsqu’elle manquait de puissance, mais elle avale aussi tout ce qui se trouve à sa portée, et elle grossit, grossit, grossit...

Et maintenant, me direz-vous ? Il n’y a pas trente-six solutions : ou on continue à ne rien faire en faisant croire qu’on fait quelque chose, et on se retrouvera tous cul levé et tête baissée, ou on réduit la masse, et pas qu’un peu. Mais, comme disait Einstein, ne comptez pas sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre…

Note : ne me faites pas le coup de l’infime minorité de radicalisés qui jette l’opprobre sur une immense majorité de musulmans pacifiques. Bien sûr que l’immense majorité des musulmans préfèrerait se la couler douce (encore qu’à force de leur raconter que nous sommes responsables de tous leurs malheurs, ils seraient fondés à ne pas trop nous aimer). Mais ce sont les minorités résolues qui dictent leur loi, et les majorités molles qui exécutent.

Navigation